Bilan de l’année 2020 / Perspectives pour l’année 2021

Les micronutriments comme seul moyen efficace à long terme de lutter contre la pandémie de coronavirus

  • La mutation rapide du virus nécessite une toute nouvelle stratégie de prévention mondiale

  • Au lieu de stratégies de vaccination douteuses contre les mutations toujours nouvelles du coronavirus – renforcer la protection de nos cellules corporelles contre toutes les variantes de virus

  • Les micronutriments comme seule approchent à ce jour pour inhiber tous les mécanismes cellulaires clés de l’infection à coronavirus

Chers membres de l’Alliance, chers amis,

Au terme d’une année mouvementée, l’avenir inquiète beaucoup d’entre nous. Y aura-t-il des vaccinations forcées? Combien de temps durera l’isolement social imposé par le gouvernement? Les écoles, les magasins et autres aménagements rouvriront-ils  – bref,  quand pourrons-nous  retourner à notre vie normale?

Cette année, de nombreux membres de notre Alliance ont remarqué que la couverture médiatique publique et les discussions sur les politiques de santé se sont concentrées presque exclusivement sur la mise au point de nouveaux vaccins génétiques brevetables, et que les connaissances avérées sur l’importance des substances naturelles pour la santé, en particulier le rôle important des micronutriments, ont été systématiquement supprimées.

Dès le début de cette couverture médiatique biaisée, nous sommes nombreux à avoir identifié l’implication de l’industrie pharmaceutique – après tout, la plus grande industrie d’investissement au monde. Ce que peu d’entre nous ont vu, cependant, c’est que les actions de cette industrie et de ses lobbyistes ne sont pas un signe de force, mais que toute cette industrie est dans une lutte pour sa survie. L’avenir de ces intérêts économiques de plusieurs milliards de dollars est menacé par un facteur en particulier: l’explosion des connaissances scientifiques sur l’importance des vitamines et autres micronutriments pour la santé.

Dans presque tous les domaines de la médecine, des maladies cardiovasculaires au cancer, il devient évident que les micronutriments sont supérieurs aux préparations pharmaceutiques existantes dans leur mode d’action et, surtout, dans leur tolérabilité pour les patients.

Un coup d’œil à la plus grande bibliothèque en ligne du monde, le site internet PubMed.gov du gouvernement américain, montre qu’aucun domaine de la médecine n’a connu une telle explosion dans les publications scientifiques que la recherche sur les micronutriments.

Ceci est illustré par les diagrammes suivants:

Études publiées sur les vitamines et les maladies cardiovasculaires

Études publiées sur les vitamines et le cancer

Études publiées sur les vitamines et les infections

Études publiées sur les vitamines et les maladies virales

Ces diagrammes vous donnent un aperçu des progrès époustouflants de la recherche sur les micronutriments, en particulier au cours de la dernière décennie. Pour notre Alliance de Santé, cette rapide augmentation des connaissances dans le domaine de la recherche sur les vitamines et la médecine cellulaire signifie que nous avons fait des progrès impressionnants vers notre objectif de « Santé pour tous ».

Pour le secteur de l’investissement pharmaceutique, en revanche, cette évolution représente une menace existentielle, car elle met en évidence le fait que dans tous les domaines importants de la médecine, le rôle des micronutriments dans la prévention et le contrôle des maladies est de plus en plus reconnus scientifiquement et cliniquement.

Si ce développement rapide se poursuit, il y aura des conséquences de grande portée pour le plus grand secteur d’investissement au monde d’ici quelques décennies :

  • L’effondrement du marché pharmaceutique mondial. Les produits pharmaceutiques sont presque toutes des préparations synthétiques brevetées, dont plus de 80% traitent simplement les symptômes sans éliminer les causes cellulaires de la maladie. Ces produits brevetés – dont les redevances constituent la base de l’activité d’investissement pharmaceutique – sont systématiquement remplacés par les approches supérieures de la recherche sur les micronutriments, qui se concentre sur le rôle régulateur des vitamines et autres molécules naturelles dans le métabolisme cellulaire. Cela menace l’existence continue du marché pharmaceutique mondial, qui vaut actuellement plus de 1 000 milliards d’euros par an.
  • La perte de crédibilité de l’industrie pharmaceutique dans son ensemble. Maintenant, comme il s’avère que les vitamines et autres substances naturelles sont dans de nombreux domaines équivalentes ou supérieures aux préparations pharmaceutiques synthétiques, coûteuses et – presque dans tous les cas – toxiques, les gens du monde entier reconnaissent la base commerciale factuelle de l’industrie pharmaceutique, à savoir le « business d’investissement avec maladie ». Cela met en danger non seulement l’existence continue de cette industrie, mais aussi la survie d’une armée mondiale de lobbyistes dans les domaines de la médecine, des médias et, surtout, de la politique, à travers laquelle cette industrie d’investissement tente toujours d’établir un « monopole mondial de la santé ».

Bref, après plus de 100 ans de domination presque totale, le « business d’investissement avec la maladie » de plusieurs millions de dollars se bat pour sa survie. Sa plus grande menace: les progrès époustouflants de la recherche mondiale sur les vitamines.

Il est déjà clair qu’à long terme, toute cette industrie de l’investissement n’a aucune chance de survivre dans une société démocratique. La poursuite d’une entreprise d’un milliard de dollars, basée sur la persistance des maladies, n’est possible que dans une dictature économique. C’est la seule façon d’expliquer le fait qu’en Allemagne et dans d’autres pays exportateurs de produits pharmaceutiques, des lobbyistes pharmaceutiques renommés siègent directement à la table du cabinet, c’est-à-dire au centre de contrôle du pouvoir politique.

Et c’est précisément le danger des lois d’urgence proposées par ces mêmes politiciens dans le contexte de la pandémie actuelle, qui incluent l’abrogation des droits fondamentaux même les plus élémentaires: ces lois peuvent être abusées – même longtemps après la fin de la pandémie actuelle – assurer le maintien du pouvoir et la poursuite du « business d’investissement avec la maladie » de plusieurs millions de dollars.

Cette analyse sobre est un préalable pour que nous puissions classer correctement les événements politiques vécus dans le contexte de la pandémie de coronavirus et leurs conséquences sociales. Ce n’est qu’ainsi que nous pouvons comprendre pourquoi des millions de personnes ont été délibérément privées des découvertes vitales de la recherche sur les micronutriments pour lutter contre la pandémie de coronavirus. C’est la seule façon de comprendre pourquoi des individus – par exemple, un ministre de la Santé – peuvent usurper des pouvoirs qui, en contournant le Parlement, peuvent suspendre les droits les plus fondamentaux de millions de personnes.

En tant que scientifique qui a contribué à des découvertes cruciales sur l’importance des micronutriments dans la lutte contre les maladies courantes il y a trois décennies, et en tant que fondateur de notre Alliance pour la santé, je considère qu’il est de mon devoir de partager cette analyse sobre avec vous à la fin d’une année mouvementée.

Nous devons reconnaître que l’industrie pharmaceutique et ses leaders d’opinion n’agissent pas à partir d’une position de force, mais par faiblesse – ils se battent pour la survie d’un « business – model pharmaceutique » dépassé. Cette réalisation sobre nous permet d’évaluer correctement notre propre force en tant que promoteurs et architectes d’un système de santé moderne et future.

En d’autres termes, la crise actuelle offre une formidable opportunité de faire de la recherche sur les micronutriments le fondement du changement historique attendu depuis longtemps vers des soins de santé axés sur la prévention et l’élimination des maladies.

Mais d’abord, il est important de prévenir la menace de vaccination forcée et de mettre fin à la pandémie actuelle de coronavirus – avec une clarté basée sur les découvertes scientifiques de la recherche sur les micronutriments.

Faits pour contrôler la pandémie de coronavirus

Résumons les faits sur la pandémie actuelle après un an :

  1. Toutes les préparations pharmaceutiques qui ont subi des tests ont échoué. Une étude de l’OMS, WHO study de l’automne 2020 a conclu que le Remdesivir et toutes les autres préparations pharmaceutiques testées dans des essais cliniques n’avaient aucun effet sur le taux de mortalité des patients infectés par le coronavirus.
  2. Les vaccins génétiques actuellement promus sont expérimentaux et impliquent l’injection de matériel génétique provenant du coronavirus, enveloppé dans un deuxième virus vivant (adénovirus), dans des cellules du corps humain par vaccination.
  3. Les résultats sur les conséquences de cette manipulation du métabolisme cellulaire ne sont, de par leur nature même, disponibles que sur une période de quelques mois. Il n’y a pas de résultats sur les conséquences à long terme, y compris un changement potentiel dans la constitution génétique. Une stratégie pandémique avec ces vaccins génétiques est donc associée à des risques totalement inconnus sur les effets secondaires à long terme. Les politiciens et les sociétés pharmaceutiques le savent.
  4. Aucun de ces vaccins expérimentaux n’a été testé sur des patients infectés par un coronavirus ou sur des individus infectés par un coronavirus. Toute affirmation selon laquelle ces vaccins aident les patients atteints de maladie à coronavirus n’a aucun fondement factuel.
  5. Les vaccins ne sont efficaces que contre un sous-type.
  6. La propagation d’une campagne de vaccination à l’échelle de la population avec ces vaccins expérimentaux est basée uniquement sur le moins d’infections survenant dans le groupe vaccin par rapport au groupe placebo dans une fraction (environ trois pour mille) de patients.
  7. La seule étude jamais à avoir démontré l’efficacité chez des patients gravement malades atteints de COVID-19 a été réalisée avec de la vitamine C à forte dose. Elle a montré qu’avec une dose quotidienne de 24 g de vitamine C, le taux de survie des patients était deux fois plus élevé que sans vitamine C.

Le fait que les résultats de cette étude clinique sur les vitamines ne soient pas une coïncidence est prouvé par les résultats de la recherche scientifique de notre institut de recherche.

Les micronutriments régulent les cellules de l’organisme dans la lutte contre les coronavirus

Depuis le début de la pandémie, notre institut de recherche en Californie, dirigé par le Dr Aleksandra Niedzwiecki, a pour objectif de développer et de prouver scientifiquement des moyens naturels efficaces pour contrôler la pandémie de coronavirus. Les résultats – comme indiqués ci-dessous – ont des implications de grande portée pour un contrôle réussi de la pandémie de coronavirus.

Les résultats de l’étude approfondie montrent que certaines combinaisons de micronutriments sont capables d’inhiber de manière significative ou presque complète tous les mécanismes clés connus auparavant des infections à coronavirus. Ceux-ci inclus :

  1. Inhibition significative de la liaison des protéines de liaison des coronavirus (pics) aux protéines «d’ancrage» du virus (récepteurs ACE2) à la surface des cellules humaines.
  2. L’inhibition significative de la production de protéines d’ancrage (récepteurs ACE2) à l’intérieur des cellules humaines à risque d’infection virale.
  3. L’inhibition significative de toutes les protéines clés connues (enzymes) impliquées dans l’absorption du virus et sa multiplication à l’intérieur des cellules humaines.

Une comparaison entre les résultats de la recherche sur les micronutriments et les preuves disponibles d’une approche de vaccination basée sur les gènes est présentée dans l’image suivante.

Comparaison des micronutriments (A) et des vaccins géniques (B) : les résultats de la recherche montrent que les micronutriments inhibent toutes les étapes critiques de l’infection coronavirus, y compris la liaison du virus aux récepteurs de surface cellulaire (l), leur absorption dans la cellule (2), leur d’ADN viral à l’intérieur de la cellule (3), et donc de réplication virale (4). Même la production (expression) de récepteurs viraux par les cellules peut être inhibée à plus de 90% (5). Ainsi, les micronutriments ont un rôle régulateur global qui contrecarre de manière complexe l’infection des cellules somatiques humaines par les coronavirus (A). En revanche, les vaccins génétiques ciblent principalement la liaison du virus à la surface cellulaire. Les autres cibles des vaccins génétiques à l’intérieur de la cellule sont à peine connues ou pas du tout connues (B).

Les détails de ces résultats de recherche importantes ont été publiés ou soumis à la publication dans des revues scientifiques. Ils sont déjà disponibles dans le monde entier en plusieurs langues, dont l’allemand, sur le site www.dr-rath-education.org. De nouvelles résultats de recherche seront ajouteés systématiquement.

L’importance de ces résultats de recherche sur les micronutriments à la lumière du coronavirus en mutation rapide

Dans les derniers jours de 2020, un coronavirus muté a été détecté au Royaume-Uni. La mutation de ce virus a également affecté les sites de liaison des protéines de surface virales (ancrages) utilisées par les coronavirus pour s’ancrer sur les récepteurs des cellules humaines (récepteurs ACE-2).

Cela a des conséquences importantes pour les tentatives de contrôle de la pandémie corona avec des vaccins seuls, qui ciblent tous les protéines de pointe d’un sous-type très spécifique de coronavirus. Si le virus mute, les protéines de pointe changent et les vaccins développés sont à peine efficaces, voire pas du tout efficaces.

Contrairement aux stratégies de vaccination – qui visent toutes à inhiber la liaison du coronavirus à la surface cellulaire – l’approche micronutriments intervient dans le métabolisme cellulaire de manière régulatrice, protégeant ainsi les cellules du corps contre tous les sous-types de coronavirus – y compris ceux qui ne l’ont pas encore fait émerger.

Comme déjà expliqué, les micronutriments empêchent non seulement la liaison du virus, mais conduisent également à une production (expression) significativement réduite des portes d’entrée virales (récepteurs ACE2). De plus, les combinaisons de micronutriments étudiées inhibent significativement toute la chaîne d’enzymes essentielles à la réplication du virus à l’intérieur de la cellule hôte humaine.

En raison de ses multiples approches «multi-cibles», l’approche des micronutriments est déjà équivalente, sinon supérieure, à une simple stratégie de vaccination «à cible unique» pour le contrôle à long terme de la pandémie de coronavirus – ou la prévention de nouvelles vagues de pandémie.

Cette supériorité d’une stratégie de micronutriments pour lutter contre la pandémie de coronavirus – y compris les futurs coronavirus mutants – est résumée dans le graphique suivant :

À gauche : Tous les vaccins approuvés à ce jour pour lutter contre la pandémie sont basés sur une protéine de surface spécifique (pointe) d’un sous-type de coronavirus particulier. Le but de cette stratégie de vaccination est de générer des anticorps dans le corps du patient contre ces pics spécifiques (ou des sous-sections de ceux-ci), qui sont destinés à inhiber l’ancrage du virus aux cellules du corps. Étant donné que ce vaccin n’est généralement efficace que contre un sous-type de coronavirus, une stratégie de vaccination est peu ou pas utile contre les coronavirus mutants (sous-types 2 et 3 dans le diagramme), comme cela s’est maintenant produit au Royaume-Uni.

Droite : En revanche, l’image de droite montre la supériorité d’une stratégie basée sur les micronutriments pour contrôler la pandémie. La principale différence est que l’accent n’est pas mis sur le virus et ses mutants, mais sur la protection des cellules du corps contre les attaques du coronavirus – et tous ses sous-types. Comme l’a montré la recherche de notre institut, les micronutriments inhibent non seulement la liaison du virus aux récepteurs cellulaires, mais aussi régule à la baisse le nombre de récepteurs cellulaires et inhibe l’ensemble du mécanisme de réplication du virus à l’intérieur de la cellule. Les cellules protégées en micronutriments sont donc moins ou plus sensibles à l’infection à coronavirus.

Quelles sont les implications de ces résultats de recherche sur les micronutriments dans la lutte contre la pandémie de coronavirus ?

Toute stratégie responsable pour contenir la pandémie de coronavirus et prévenir de nouvelles pandémies causées par des coronavirus mutants doit donc comprendre l’inhibition de l’ensemble des mécanismes clés, comme cela a été démontré pour les micronutriments.

Le fait de ne pas intégrer ce principe thérapeutique supérieur dans les stratégies nationales et mondiales de réponse à la pandémie exposera l’humanité aux mêmes conséquences dévastatrices avec chaque nouvelle pandémie causée par des coronavirus mutants que nous avons connus en 2020.

L’importance maintenant scientifiquement prouvée des micronutriments dans la prévention et la lutte contre les pandémies de coronavirus, même futures, rend impératif de réorienter complètement les stratégies de santé nationales et mondiales pour prévenir de manière globale de nouvelles pandémies de coronavirus.

Les résultats de la recherche sur les micronutriments sur les coronavirus maintenant disponibles indiquent également que la carence chronique en micronutriments dans la population mondiale était une condition préalable à la propagation mondiale des infections à coronavirus et à l’émergence de la pandémie COVID-19.

Quiconque nie, discrédite, voire s’oppose à l’importance des micronutriments dans le renforcement de la fonction immunitaire et dans la lutte contre les maladies infectieuses – contribuant ainsi à la carence de la population en ces substances vitales – est en partie responsable de la souffrance et de la mort de dizaines de milliers de personnes.

Devriez-vous vous faire vacciner avec ces vaccins à base de gènes ?

Personne ne peut vous ordonner de vous faire vacciner avec les nouveaux vaccins génétiques – c’est votre décision seule.

Avant de prendre cette décision, cependant, vous devez être pleinement informé des faits et des conséquences possibles d’une telle vaccination. Les faits les plus importants en bref :

  • Les vaccins génétiques sont des procédures expérimentales qui seront utilisées pour la première fois à l’échelle de la population dans le contexte de la pandémie de coronavirus.
  • Contrairement aux vaccins conventionnels à base de protéines, qui restent à l’extérieur de la cellule, les vaccins à base de gènes sont spécifiquement injectés à l’intérieur de la cellule.
  • Le matériel génétique injecté – un morceau d’ADN de coronavirus – interfère spécifiquement avec le logiciel (ADN ou ARN) des cellules du corps humain.
  • Les conséquences à moyen et long terme de cette intervention sont totalement inconnues.
  • Malgré les affirmations contraires, l’héritage génétique – et donc les effets secondaires sur les générations futures – ne peut être exclu.

Ne faites confiance à personne qui vous cache ces risques ou les minimise.

Comment puis-je me défendre contre une vaccination forcée ?

À ce jour, l’utilisation de vaccins à base de gènes a été justifiée – malgré des effets secondaires totalement inconnus – avec l’argument qu’il n’y a pas d’alternatives efficaces à cette procédure expérimentale.

Ce n’est plus le cas.

Comme le montrent les résultats de recherche de notre propre institut et de nombreux autres instituts de recherche, les stratégies relatives aux micronutriments sont une stratégie équivalente ou supérieure.

Ce fait a des conséquences concrètes pour toute personne qui ne souhaite pas s’exposer aux risques d’une stratégie de vaccination génétique :

  • Personne ne peut plus être vacciné contre sa volonté.
  • Personne ne peut plus être contraint de se faire vacciner, par exemple en limitant les déplacements ou la participation à des événements sportifs et culturels.
  • De telles mesures sont non seulement illégales mais aussi moralement répréhensibles, car elles reposent sur la prétention de faux faits, à savoir qu’il n’y a pas d’alternatives.

Quiconque doit être forcé de se faire vacciner contre sa volonté devrait intenter une action en justice.

Dans de telles procédures judiciaires, vous pouvez bien entendu utiliser pleinement les découvertes scientifiques de notre équipe de recherche – ainsi que la multitude d’autres études scientifiques et cliniques.

À qui devriez-vous faire confiance ?

Compte tenu du large éventail d’opinions que nous entendons dans le contexte de la discussion sur la pandémie, il n’est pas surprenant que de nombreuses personnes ne sachent plus qui croire.

Mon seul conseil dans cette situation est le suivant: faites confiance à ceux qui peuvent répondre de manière convaincante aux questions évidentes dans le contexte de la pandémie actuelle; ne croyez pas ceux qui éludent ou ignorent simplement ces questions.

Il s’agit notamment de questions évidentes telles que :

  • Pourquoi la pandémie de COVID-19 est-elle limitée à nous les humains (Homo sapiens) ? Pourquoi les animaux peuvent-ils être infectés par des coronavirus, mais ne tombent pas malades ou n’en meurent pas ?
    Réponse: Contrairement aux humains, la plupart des espèces animales peuvent produire de grandes quantités de vitamine C naturellement dans le  corps,  jusqu’à 20 grammes par jour, en fonction du poids corporel humain. La vitamine C est l’un des facteurs de protection les plus importants contre les infections virales et autres.
  • Pourquoi – en dehors des cellules des alvéoles (cellules alvéolaires) – la couche cellulaire endothéliale de l’ensemble du système vasculaire est-elle le type de cellule qui est préférentiellement infectée par les coronavirus – un fait qui explique la propagation rapide du virus et l’infestation de presque tous les organes ?
    Réponse: La vitamine C est également cruciale pour la production de collagène et d’autres molécules de stabilité qui donnent à la paroi du vaisseau sanguin sa principale force. Incapables de la propre synthèse de vitamine C du corps et presque toujours carencé en vitamine C, nous, les humains, développons des espaces microscopiques entre les cellules endothéliales qui servent de ports d’entrée pour les coronavirus.

Si ces questions et réponses sont immédiatement compréhensibles pour tout le monde, elles sont délibérément ignorées par les soi-disant experts de l’industrie et de la politique. La raison en est que les réponses à ces questions importantes conduiraient directement à une prévention et un contrôle causal de la pandémie de coronavirus à l’aide de micronutriments.

Politique responsable de la protection de la santé et de la vie – ou crimes contre l’humanité

Une question se pose pour beaucoup d’entre nous : comment se fait-il que des politiciens de haut rang ignorent ou même nient les connaissances vitales de la recherche sur les micronutriments dans la lutte contre la pandémie de coronavirus – souvent contre leur meilleur jugement? La réponse à cette question ne nous conduit pas dans le monde des théories du complot, mais dans le monde de l’économie et de la cupidité incommensurable des grandes entreprises.

Au cours du siècle dernier, l’industrie pharmaceutique a été développée par des cercles financiers intéressés pour devenir l’entreprise d’investissement la plus importante et la plus lucrative au monde. Chiffre d’affaires annuel actuel: plus d’un billion d’euros. Marché: maladies humaines. Retour sur investissement: médicaments synthétiques brevetés. La plus grande menace: les remèdes naturels non brevetables, en particulier les vitamines et autres micronutriments. Nombre de lobbyistes: plusieurs fois le nombre de parlementaires.

C’est la seule façon d’expliquer le fait que les lobbyistes pharmaceutiques siègent à la table du cabinet du gouvernement allemand où ils représentent les intérêts de ces milieux d’affaires. L’exemple le plus frappant à l’heure actuelle est Jens Spahn, qui – en tant que ministre de la Santé – joue un rôle majeur dans la détermination de la politique corona en Allemagne et en Europe.

Il est légitime pour un gouvernement de faire tout ce qui est en son pouvoir pour faire face à la crise corona en développant de nouvelles méthodes thérapeutiques, notamment des vaccins. Ce qui n’est pas légitime – en fait, c’est carrément irresponsable – c’est lorsque ces politiciens refusent délibérément aux gens des thérapies naturelles efficaces, sans effets secondaires et immédiatement disponibles ou même les discréditent publiquement. Les politiciens qui agissent ainsi mettent en danger la santé et la vie de millions de personnes sous prétexte de soins à la population.

Pour cette raison, j’ai décidé de déposer une plainte pénale contre Jens Spahn auprès du parquet de Bonn pour toutes les infractions possibles, en particulier la réalisation de l’article 323c du Code pénal allemand (StGB) et la réalisation d’infractions découlant de la responsabilité du garant , en particulier §§ 212 et 223 du code pénal allemand (StGB) par omission (§ 13 StGB) ainsi que § 222 du code pénal allemand (StGB) (homicide par négligence) et § 229 du code pénal allemand (StGB) ) (blessure corporelle par négligence).

Je vous demande de lire cette plainte pénale et de la partager avec vos amis et connaissances.

Si vous souhaitez soutenir cette plainte, veuillez utiliser les coordonnées fournies dans la plainte et informer le tribunal que vous soutenez cette plainte. Veuillez m’envoyer une copie de votre lettre au tribunal à la cour drrath@dr-rath-health-alliance.org.

L’importance de cette plainte pénale va bien au-delà des frontières de l’Allemagne

Aujourd’hui, l’échange de connaissances dans tous les domaines de la société, y compris la médecine, ne connaît plus de frontières géographiques. À l’ère d’Internet et de la communication mondiale, essayer de bloquer la croissance rapide des connaissances dans le domaine de la recherche sur les micronutriments par des mesures nationales – limitées à l’Allemagne, par exemple – est voué à l’échec dès le départ. Ceci est également connu de Jens Spahn.

Pour cette raison, le ministre allemand de la Santé, avec la ministre de l’Agriculture, Julia Klöckner, tente d’étendre sa campagne anti-micronutriments à l’ensemble de l’Europe. Grâce à l’UE basée à Bruxelles, des lois et des réglementations à l’échelle européenne doivent être lancées, ce qui rendra plus difficile pour les plus de 500 millions de personnes en Europe un accès illimité aux vitamines et autres micronutriments – contrairement à toutes les découvertes scientifiques sur la santé. importance de ces substances naturelles.

Au milieu de la pandémie de coronavirus, Julia Klöckner s’est vantée d’avoir déjà recruté des politiciens de 17 autres pays européens pour soutenir ces plans sans scrupules. Elle a même publié une liste des noms et des fonctions de ces politiciens.

La croisade de Jens Spahn et de ses camarades politiques Klöckner (circonscription BASF), Lauterbach (circonscription Bayer) et Künast (promoteur du Codex Alimentarius) fait donc partie des mesures de protection des intérêts économiques du pays exportateur de produits pharmaceutiques, l’Allemagne. Si cette croisade contre les micronutriments réussit, les gens de toute l’Europe en paieront le prix avec leur santé – et finalement avec leur vie.

Les citoyens de toute l’Europe feraient donc bien de diffuser davantage ces informations importantes dans leur pays et de se joindre à la plainte pénale contre M. Spahn, quel que soit le pays européen dans lequel ils vivent.

Les faits suivants joueront un rôle important dans ces procès partout dans le monde.

  1. Tous les vaccins actuellement promus ciblent les protéines de liaison (pics) du premier variant de coronavirus, qu’ils utilisent pour se fixer à la surface des cellules afin de les infecter.
  2. Le but de cette stratégie vaccinale est de bloquer ces sites de liaison des pics de coronavirus par des anticorps produits dans le corps des patients après la vaccination.
  3. Une mutation du coronavirus – comme dans la variante actuellement observée au Royaume-Uni – comprend également les sites de liaison du virus.
  4. Cela signifie que tous les vaccins développés contre la variante précédente du coronavirus peuvent fournir peu ou pas de protection contre ce coronavirus muté.
  5. De plus, toute nouvelle mutation future du coronavirus comporte inévitablement le risque que les vaccins développés contre les variantes précédentes du coronavirus n’offrent plus aucune protection à la population.
  6. À chaque nouvelle mutation du coronavirus, l’humanité est exposée au risque d’une autre pandémie, y compris toutes les conséquences sanitaires, économiques et sociales que l’humanité a endurées lors de la pandémie COVIT-19.
  7. Toutes les variantes de coronavirus – les mutations actuellement connues et futures – utilisent les mêmes ports d’entrée cellulaires (récepteurs ACE-2) à la surface de nos cellules corporelles pour infecter le corps, ainsi que la même «machinerie enzymatique» biologique pour le virus. réplication à l’intérieur de la cellule. Il est évident que la seule stratégie efficace et scientifiquement significative pour se protéger contre les pandémies causées par de futures mutations de coronavirus doit se concentrer sur l’inhibition de ces voies d’infection à la surface et à l’intérieur de nos cellules somatiques.
  8. Afin de prévenir de futures pandémies de coronavirus, une réorientation fondamentale de la recherche médico-scientifique au-delà de la tentative de bloquer une seule variante de coronavirus vers un nouvel objectif thérapeutique: renforcer la défense des cellules de notre corps pour les protéger contre l’infection par toute mutation de coronavirus.
  9. Si nous réussissons à inhiber les mécanismes cellulaires clés que toutes les variantes de coronavirus doivent surmonter pour provoquer une infection, alors la voie sera ouverte pour une prévention efficace contre toutes les variantes de coronavirus, même celles qui ne sont pas encore apparues.
  10. Ces mécanismes clés sont : a) l’inhibition de la production des récepteurs (ACE-2) à la surface des cellules humaines, b) l’inhibition de la liaison du coronavirus à ces récepteurs de surface, c) l’inhibition de l’entrée du coronavirus dans les cellules, et d) inhibition de l’ensemble de la machinerie cellulaire responsable de la propagation du virus à l’intérieur des cellules du corps.
  11. Actuellement, le seul moyen scientifiquement prouvé de parvenir à l’inhibition de tous ces mécanismes simultanément sont des combinaisons spécifiquement développées de micronutriments.
  12. À la lumière de ces résultats, les affirmations selon lesquelles les vaccins actuellement promus – développés contre un seul variant de coronavirus – peuvent permettre de contrôler la pandémie de coronavirus ne sont plus scientifiquement défendables. Une vaccination obligatoire prescrite avec de tels vaccins doit donc être rejetée – pour des raisons scientifiques et juridiques.

Les faits clairs et la logique convaincante peuvent être compris par toutes les parties impliquées dans une procédure judiciaire – plaignants, avocats, juges – partout dans le monde. De plus, aucun partisan de la vaccination obligatoire ne peut réfuter ces faits.

Cette situation factuelle devrait encourager les personnes qui s’opposent à la vaccination obligatoire partout dans le monde à contribuer activement à la mise en œuvre de ce processus éducatif mondial – y compris des mesures juridiques.

Le rôle important de l’Alliance pour la santé du Dr Rath

Compte tenu notamment des mutations de coronavirus qui sont maintenant apparues, les résultats des études en série menées cette année dans notre institut de recherche sur le rôle primordial des combinaisons de micronutriments dans la lutte contre la pandémie ne peuvent être surestimés.

Avec ces résultats, l’humanité a une opportunité unique de prévenir de futures infections à coronavirus.

Cette recherche révolutionnaire n’a pas été subventionnée par l’argent des contribuables, mais a été rendue possible uniquement par vous – les membres et amis de notre Alliance pour la santé.

Ce qui compte maintenant, c’est que nous utilisions tous notre force pour diffuser rapidement ces connaissances. Pour ce faire, utilisez cette revue / perspective et les arguments de la plainte pénale contre Jens Spahn.

L’enjeu n’est ni plus ni moins que l’opportunité d’utiliser la crise mondiale actuelle pour faire des micronutriments le fondement de la santé préventive à l’échelle mondiale et épargner aux générations futures des maladies courantes évitables.

Faisons de 2021 notre année !

Cordialement

Dr. Matthias Rath